CESSDA

Le CESSDA (Consortium of European Social Sciences Data Archives) a pour mission de coordonner en Europe l’accès aux données pour la recherche en sciences sociales via l’adoption de standards et bonnes pratiques professionnelles pour l’archivage, la documentation et l’accès aux données hébergées dans les banques de données des pays membres. Il est l’une des 5 grandes infrastructures de recherche pour les sciences sociales, reconnue dans le cadre du processus ESFRI (European Strategy Forum on Research Infrastructures).

Le CASD apporte une contribution ponctuelle au développement du CESSDA et à ses activités dans le cadre de PROGEDO (PROduction et GEstion des DOnnées en SHS).

La France, membre fondateur du réseau européen

Fondé en 1976, le CESSDA prend la forme d’une infrastructure européenne de recherche en 2013 et est doté en 2017 du statut juridique d’ERIC (European Research Infrastructure Consortium), impliquant ainsi les ministères ou Research Councils dans sa gouvernance.

La France est membre fondateur du CESSDA ERIC avec son infrastructure PROGEDO dont le département CESSDA France- Réseau Quetelet doit assurer le rôle de Service Provider national français pour le CESSDA.

l’accès transnational aux données confidentielles

Peu de banques de données partenaires du CESSDA hébergent actuellement des données très détaillées requérant la mise en place d’un accès sécurisé, telles que celles en provenance de la statistique publique et administratives. Le potentiel pour la recherche que représente l’ouverture de telles sources de données va être un enjeu important des prochaines années pour le CESSDA après sa phase de construction initiale (mise en place d’un catalogue et d’une base de questions européenne).

l’implication du CASD et un intérêt à terme

Dans la phase actuelle, le CASD a participé à deux des activités mises en place par le CESSDA dans le cadre de sa phase de construction. Le CASD suit ainsi la réflexion sur les standards pour les metadonnées qui seront recommandés aux partenaires du CESSDA et celle sur la mise en place d’un point d’accès unique (one stop shop) permettant aux chercheurs d’accéder rapidement à l’ensemble des ressources disponibles.

A terme, le CASD est intéressé par le rôle que pourrait jouer le CESSDA pour la mise en place d’une infrastructure sécurisée distribuée telle que celle dessinée dans le cadre du projet DwB pour les données nationales confidentielles et dans le cadre du projet ESSnet DARA pour l’accès aux données confidentielles européennes (Eurostat), deux projets pour lesquels le CASD a mis en place un Proof of Concept.