Back to the list of projects

Imports, Employment and investment in Times of Financial Crisis and uncertainty

Banque de France - PARIS - 2016

Nous étudions la possibilité que les importations de biens intermédiaires réduisent les pertes d’emploi lors d’une contraction domestique du crédit. Notre argument repose d’une part, sur le fait que les crises financières se caractérisent par une reprise de l’activité économique qui ne s’accompagne pas d’une hausse de l’emploi, étant donné la présence de contraintes financières ; et d’autre part, sur la possibilité pour une firme d’obtenir du crédit commercial auprès de ses partenaires commerciaux internationaux, ce qui lui permet de relâcher ses contraintes financières.
Ces données sont essentielles pour pouvoir établir les relations financières de type crédit commercial d’une entreprise avec ses partenaires car les données macroéconomiques ne permettent pas de trancher sur cette question (même si on n’a pas le détail de la ventilation géographique des crédits commerciaux, le montant par entreprise, rapproché d’autres éléments du bilan, permettra d’avoir une analyse plus fine qu’au niveau macroéconomique).
Cocernant la question spécifique de l’incertitude : nous étudions l’impact des chocs d’incertitude (économique, politique…) sur les entreprises résidant en France, s’agissant de leurs investissements ou de leur politique d’emploi, par exemple. Afin de disposer des chocs les plus exogènes possibles, pour chaque firme, les chocs
affectant les principaux partenaires commerciaux seront utilisés. Différents types de chocs seront utilisés.
L’évolution de l’investissement ou de l’emploi de ces firmes françaises sera contrasté avec celle de firmes comparables (en termes de taille, de secteur, de recours au commerce extérieur, de type de destinations : pays émergents ou pays développés…) mais n’étant pas affectées par de tels chocs. Ces chocs pouvant aussi avoir un impact par exemple sur les contraintes financières, il faudra contrôler de ce type d’effet, d’où la nécessité de disposer de données financières telles que disponibles dans les bilans.
Ces données sont essentielles pour pouvoir établir les relations commerciales d’une entreprise avec ses partenaires, pour pouvoir construire les deux groupes de firmes et pour pouvoir contrôler des autres effets pouvant avoir un impact sur l’investissement ou l’emploi des entreprises résidentes.