Impact économique de l’enseignement supérieur et la recherche publique sur une métropole

Centre National de la Recherche Scientifique Rhône Auvergne - VILLEURBANNE - 2018

Cette étude a pour objectif d’estimer l’impact de l’enseignement supérieur et la recherche publique sur l’économie d’un territoire. L’application qui sera faite portera sur la communauté d’universités et d’établissements de Lyon Saint-Étienne (Université de Lyon, UdL). De manière générale, une université influence son environnement économique par l’intermédiaire de deux canaux . Premièrement, les dépenses de l’Université, de ses salariés et de ses étudiants peuvent, dans la mesure où elles sont effectuées localement, stimuler la demande adressée aux entreprises (ou plus précisément aux établissements) de la région et donc l’emploi. Deuxièmement, la présence d’une université peut augmenter la productivité des entreprises locales ou en attirer de nouvelles. C’est le cas avec la formation des travailleurs qualifiés employés localement, les collaborations de recherche avec les entreprises locales, ou encore les mesures prises en faveur de l’entrepreneuriat.

Il existe donc deux grandes approches pour mesurer l’impact économique des universités. Le premier axe est une analyse de court terme par la demande, qui vise à estimer les retombées économiques des dépenses de l’UdL, de ses salariés et ses étudiants sur l’emploi local. Le deuxième axe est une analyse de long terme par l’offre. Il apporte un éclairage sur les relations entre l’UdL et le tissu économique local, notamment à travers la formation des étudiants, et la contribution de la recherche universitaire à la productivité des entreprises du territoire.

L’impact économique d’une institution peut être défini comme « la différence entre l’activité économique existante dans la région dans laquelle l’instituion est présente, et l’activité qui aurait existé si l’institution n’y avait pas été présente ». Une évaluation de cet impact est donc essentiellement une comparaison entre la situation économique existante et une situation de référence appelée contrefactuel.