Les liens entre mobilités individuelles et dynamique du tissu productif

Centre d’Etudes de l’Emploi et du Travail - NOISY-LE-GRAND - 2017

L’essentiel des travaux développés jusqu’à présent a porté sur l’impact des F&As sur l’emploi au sein des entreprises concernées. A notre connaissance, aucune recherche n’a porté sur le devenir des salariés qui partent. Notre second objectif est alors de comprendre les flux de salariés consécutifs aux F&As dans et hors de l’entreprise : où vont les salariés partants ? D’où viennent les nouveaux arrivants ?
Les F&As se passant pour l’essentiel au sein de structures de groupes, cette analyse nous conduira donc à revisiter la question des flux d’emploi au sein des groupes. Les groupes englobent aujourd’hui plus de la moitié des actifs du secteur privé. Les travaux antérieurs de Delarre et Duhautois (2004) ont montré la propension des salariés des groupes à bouger en son sein, surtout parmi les plus qualifiés. Ce projet serait l’occasion de se poser plus précisément la question de la façon dont les groupes gèrent leur main d’œuvre lors des restructurations.