Comprendre et expliquer la localisation des systèmes de production à différentes échelles territoriales dans le bassin Rhin-Meuse

Institut National de la Recherche Agronomique - MIRECOURT - 2018

Depuis la décennie 1970, les transformations de l’agriculture du Nord de la France sont marquées par un recul des systèmes de polyculture élevage au profit de systèmes spécialisés en grandes cultures. La spécialisation des exploitations et des territoires a entrainé des changements d’usage des terres, à un raccourcissement des successions de cultures et une simplification des systèmes de culture. Ces évolutions ont été rendues possibles par une artificialisation croissante des milieux et par la mondialisation des échanges des denrées d’origine agricole. Parmi les différents impacts environnementaux dus à ces transformations, la qualité des ressources en eau souterraines et superficielles s’est dégradée.
Toutefois, malgré ces tendances généralisées d’évolution, les systèmes de production associant cultures et élevage ont gardé une place importante en Lorraine, à côté des systèmes spécialisés alsaciens ou champenois. Ainsi, une diversité des systèmes de production agricoles est encore présente. Inscrits dans des dynamiques territoriales variées mais aussi dans des systèmes alimentaires différents, ces systèmes constituent des « formes d’agriculture » qu’il est utile d’analyser pour comprendre les logiques de transformation des systèmes.
Le projet vise d’une part à caractériser la diversité des systèmes de production agricole, leurs trajectoires d’évolution et leur répartition dans les espaces ruraux et d’autre part à en expliquer les évolutions en les mettant en relation avec les dynamiques des territoires et des circuits de commercialisation dans lesquels sont inscrites les exploitations agricoles. Le projet s’appuie sur l’hypothèse que la localisation des systèmes de production agricole dépend d’une combinaison de facteurs qui s’expriment à 3 niveaux d’organisation : l’exploitation agricole (taille d’exploitation, espèces cultivés, cheptels, main d’oeuvre, modes de production), le territoire local (implantation de filières agro-industrielles, fédération des productions sous signes de qualité type AOC, circuits de commercialisation de proximité, dynamiques démographiques…) et le territoire régional (au niveau duquel s’expriment des facteurs climatique, macro-économiques et politiques).
Pour mener à bien ce travail, il est donc nécessaire d’analyser les dynamiques des exploitations agricoles en les environnant dans leur territoire et le sacteurs de proximité pouvant influencer leurs transformations (coopératives de collecte de céréales, laiteries, abattoires, circuits courts de commercialisation…).
Une approche spatiale forte sera développée dans ce projet.